Accueil
Le fan-club du Prisonnier
(créé en 1991)

Guide des épisodes

Double personnalité (Schizoid man)


L'Actualité de la série et du Club

Mises à jour du site

Au sujet du fan-club

Les publications du Club

La boutique en ligne

Abonnez-vous au fan-club

Tout sur la série

Le guide des épisodes

Analyses de la série

Photos et dessins sur la série

Le Site

Liste de diffusion

Téléchargement

Le forum

Liens sur le Prisonnier

Livre d'or

Les infos :
Nouvelle édition du livre "Le Prisonnier, une énigme télévisuelle"

Nouvelle rubrique Actualités

Le Village de la série 2009

Les archives de John Drake

Le plan du site

Votre avis sur le site

Rechercher sur le site :

Rechercher avec Google :

Recherche personnalisée

En ce moment,
7 fans sur le site.

Pour nous écrire

Scénario de Terence Feely
Réalisation de Pat Jackson

Double personnalité1ère diffusion le 27 octobre 1967.
(France : le 10 mars 1968)

Acteurs principaux :

Anton Rodgers (Numéro Deux), Jane Merrow (Alison), Earl Cameron (Superviseur), Angelo Muscat (Majordome).

L'intrigue :

Le Numéro Six se réveille dans un appartement différent du sien. D'autre part, il porte maintenant ... une moustache et ses cheveux sont foncés. Il est devenu gaucher, mange des plats qu'il ne goûtait jamais auparavant et préfère d'autres types de cigarettes. Il décide de se rendre chez le Numéro deux. En chemin, tout le monde l'appelle "Numéro Douze". Le responsable du Village le convainc qu'il s'agit d'un plan pour briser le Numéro Six...lui-même. Le Prisonnier tente donc d'entrer dans son jeu afin de lui prouver qu'il est bien le Numéro Six et que celui qu'on lui présente comme étant lui-même n'est qu'un imposteur. Mais ce dernier présente toutes les caractéristiques du bon Numéro Six. Celui-ci, excédé, lui propose un défi à la cible au pistolet et au fleuret, mais il est défait. De plus, il se fait proprement rosser. Le Numéro Six est censé avoir un "lien mental" avec une villageoise appelée Alison, lien qu'il va essayer de démontrer à l'imposteur. Mais celui-ci échoue. Une photo prise par Alison va jouer un facteur clé dans le complot. La photo montre le Numéro Six tenant des cartes et l'un de ses doigts porte une blessure sur un ongle, trace encore visible, ce qui indique qu'un certain laps de temps s'est écoulé depuis la prise de la photo et qu'il est bien le "vrai" Numéro Six. De plus, la date qui figure sur un calendrier apparaissant sur la photo indique le 10 février, date qui figure dans son propre appartement et qui est donc fausse. Le Prisonnier se doute avoir été drogué et manipulé afin que ses réflexes soient modifiés. Il crée un choc électrique qui lui redonne ses facultés d'avant. Il va ensuite retrouver l'imposteur, un homme appelé Curtis. Celui-ci lui livre le mot de passe qui sert à circuler dans le Village : "Schizophrénie" et lui vole une micro-puce qui sert à éviter la grosse boule blanche - le "rôdeur" - et qui était collé sur son avant-bras en guise de grain de beauté. Le rôdeur étouffe Curtis qui tentait de s'enfuir. Le Prisonnier se rend ensuite chez le Numéro Deux, se faisant maintenant passer pour Curtis. Il prétend avoir échoué dans sa mission. Le Numéro Deux est surpris, mais fait préparer un hélicoptère pour le départ de l'homme. Avant de partir, il demande au faux Curtis de transmettre ses amitiés à Suzanne, sa femme, ce que promet de faire le Six / Curtis. On passe un bandeau sur les yeux du Prisonnier et l'hélicoptère s'envole. Or, il revient à son point de départ et le Numéro lui dit que Suzanne, la femme de Curtis, s'est noyée...

L'envers du décor...

  • D’origine anglo-germanique (son vrai nom est Meirowsky) Jane Merrow était déjà apparue dans trois épisodes de Destination Danger mais également dans un grand nombre de séries anglaises durant les années soixante telles que Le Saint, Le Baron, L’homme à la valise.
  • Earl Cameron, le superviseur noir (le seul acteur de couleur de la série), était apparu dans 6 ou 7 épisodes de Destination Danger. Il connaissait McGoohan par ses rôles au théâtre.
  • L’idée de Double personnalité, serait venue, d’après Tony Sloman (archiviste sur la production), du "Prisonnier de Zenda", film tourné en 1952 dans lequel Stewart Granger jouait... face à son double.

Retour en haut de page

Dernière mise à jour le 25 janvier 2003.