Accueil
Le fan-club du Prisonnier
(créé en 1991)

Parfum du jour

N°54
(décembre 2005)

Surprise ! | Confirmation | Premium TV 2005 | Tout-à-l'égo | Illuminations | Qui veut gagner des ronds ? | Total look | Prises de têtes | Bouquin | Alias


L'Actualité de la série et du Club

Mises à jour du site

Au sujet du fan-club

Les publications du Club

La boutique en ligne

Abonnez-vous au fan-club

Tout sur la série

Le guide des épisodes

Analyses de la série

Photos et dessins sur la série

Le Site

Liste de diffusion

Téléchargement

Le forum

Liens sur le Prisonnier

Livre d'or

Les infos :
Nouvelle édition du livre "Le Prisonnier, une énigme télévisuelle"

Nouvelle rubrique Actualités

Le Village de la série 2009

Les archives de John Drake

Le plan du site

Votre avis sur le site

Rechercher sur le site :

Rechercher avec Google :

Recherche personnalisée

En ce moment,
2 fans sur le site.

Pour nous écrire

Surprise !

Alors que l’adaptation filmée du Prisonnier ressemble de plus en plus au premier rôdeur submersible, la surprise vient de la BBC qui a annoncé le 17 novembre sur son site la production d’une nouvelle série inspirée par l’originale. C’est du moins ce que déclare Damien Timmer, responsable de la fiction chez Granada à Londres : il est donc particulièrement bien placé pour l’annoncer puisque, rappelons-le, Granada Ventures est l’actuelle détentrice des droits du Prisonnier depuis la fusion en octobre 2003 de Carlton et de Granada.

Damien Timmer, qui a réalisé de nombreuses adaptations télévisées de romans d’Agatha Christie avec les très british Hercule Poirot et Miss Marple, annonce clairement la couleur : la nouvelle série, qui serait diffusée par la chaîne SkyOne, prendrait des libertés avec l’original et ne serait par exemple pas tournée à Portmeirion, mais on y retrouverait selon la BBC les thèmes de la paranoïa, des conspirations et des crises d’identité sans toutefois conserver le côté artistique de l’œuvre.

L’annonce est à suivre de très près car le scénariste de la nouvelle série n’est autre que Bill Gallagher, l’auteur des épisodes de Conviction (cf. le site américain www.imdb.com), une série policière dramatique anglaise de bonne qualité réalisée par Marc Munden et David Richards, et diffusée par la BBC en 2004.

Confirmation

Après cette annonce qui représente quoiqu’il advienne un bel hommage à une série s’apprêtant à souffler ses 40 bougies, nous avons la tristesse de vous confirmer le décès de David Tomblin, survenu le 4 août dernier (cf. le rÔdeur n°53 et www.imdb.com). Quel beau parcours tout de même pour ce proche de McGoohan, qui a poursuivi une très belle carrière en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis : il était en effet né en 1931 à… Borehamwood dans le Comté de Hertfordshire, c’est-à-dire dans la ville même où sera tourné le Prisonnier, près des studios que la MGM a plus tard construits en 1937 !

Premium TV 2005

Contrairement à ce que j’avais annoncé dans le précédent rÔdeur, nos envoyés spéciaux au Premium TV 2005 ne seront pas en mesure de nous rendre compte dans ces pages du festival des séries télévisées organisé par le Front de Libération Télévisuelle avec l’aide de 7 à voir Prod, et ce bien malgré eux : dommage, mais on les salue quand même.

Pour en savoir plus sur les événements qui ont eu lieu du 26 au 28 août dernier à l’Entrepôt de Paris, rendez-vous donc sur le site du FLT où l’on retrouve la liste des nombreuses réjouissances, ainsi que quelques clichés des rencontres, des participants et du public.

J’en profite pour rectifier une erreur –merci Alain Carrazé !– à propos de la série américaine Profit, dont les nombreux fans français attendaient avec impatience la sortie en DVD : c’est désormais chose faite grâce à l’éditeur Free Dolphin qui a offert au Premium TV la première diffusion intégrale sur grand écran de la série en France. Préparez-vous à plonger dans le monde de Jim Profit pour presque 9 heures ! (même source sur le site du FLT). Le coffret de 3 DVD comprenant l’intégrale des 9 épisodes de la série écrite par David Greenwalt et John McNamara est disponible dans toutes les bonnes crémeries depuis le 20 octobre. Pour en savoir plus, voici l’adresse magique : http://www.dvdfr.com/dvd/dvd.php?id=20418.

Tout-à-l'ego

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à se prendre pour le nombril du monde ces journalistes en mal de sensation(nalisme) ? Après avoir échappé à la junk food de M6 dans le rÔdeur précédent, nous voici désormais snobés par un certain Cyril Denvers, réalisateur de documentaires pour Réservoir Prod, la boîte de Jean-Luc Delarue. Motif ? Avoir refusé de lui servir la soupe dans le cadre d’un documentaire diffusé sur France 3 en juin 2006 consacré à «l’univers des fans» (…) [qui] se propose de faire le portrait d’hommes et de femmes pour qui la vénération d’une idole tient une place centrale dans leur vie et qui la pratique au quotidien.

Quand on reçoit ce genre de propositions, qui plus est sans mention du nom de l’émission, avouez qu’il y a de quoi se méfier tellement le cliché du fan-fanatique adorateur cinglé, et si possible déguisé dans sa vie de tous les jours, plaît aux médias et nous colle aux baskets.

Réponse de Patrick Ducher au nom du club : je vous remercie de nous avoir contactés dans le cadre de votre appel à témoins. Le sujet est passionnant et mériterait à lui seul une thèse en ethnologie urbaine. (…) Si je suis sûr que vous n’aurez aucun problème à trouver des gens qui «vénèrent» Johnny Halliday, le PSG ou Brice de Nice, sachez que ce n’est pas notre conception de l’approche d’une œuvre, en l’occurrence la série télévisée Le Prisonnier. Les fans, disons plutôt les admirateurs - car le terme «fans» est trop proche de «fanatiques» - sont furieusement hostiles à ce type de mise en boîte sensationnaliste. L’absence de tout sens critique (ce que sous-tend le terme de «vénération») est à l’encontre de l’essence même de la série que nous admirons.

Et ça l’a vexé le bougre, qu’on puisse refuser de passer à la télé et faire les difficiles ! Jugez-en plutôt : tant pis si l’émission pour laquelle je travaille vous semble très en dessous de vos considérations intellectuelles et de l’«admiration» que vous portez à votre série... Apprenez cher Monsieur à faire la part des choses, et à repérer les reportages qui proposent justement une approche plus approfondie quel que soit le sujet. «Les fans» est un titre générique et de travail qui permet «au plus grand nombre» (mais peut-être pas à l’élite que vous voulez bien incarner) de comprendre rapidement le thème du sujet, bref ce qu’on appelle un appel à témoins mais qui n’explique en rien la façon dont nous voulons le traiter.
J’ai le regret de vous informer que nous travaillons avec l’équipe rédactionnelle Des racines et des ailes, que c’est une garantie de qualité et de sérieux qui ne permet pas la caricature mais qui au contraire favorise le respect des gens. Dans une case appelée Histoires d’aujourd’hui, digne et sérieuse diffusée pendant 1h 50 le lundi en première partie de soirée ... mais peut-être êtes-vous trop prisonnier de vos préjugés pour vous y intéresser ? Peut-être serait-il plus judicieux cher président, de vous contacter à l’avenir pour un appel à témoins sur les directeurs de morale... un sujet étonnant vous en conviendrez.
Au revoir chez vous, président
.

Si ça ne relève pas de la condescendance, de la mauvaise foi et d’un ego surdimensionné, qu’on m’explique ! S’il avait simplement annoncé le nom de l’émission, pas déshonorante en effet malgré un formatage exagéré des reportages, Patrick aurait sans doute réagi différemment. Mais au vu de la réponse de ce Monsieur Denvers, il a finalement bien fait de l’envoyer bouler : je maintiens et je redis que vénérer une idole relève de la stupidité et de l’aveuglement et qu’il est hors de question pour nous de contribuer à véhiculer l’image de fans de cet acabit. Dont acte.

Pour mémoire, ce Cyril Denvers qui semble si sûr d’être digne et sérieux est également l’auteur d’un reportage intitulé Quand la religion fait la loi à l’école, qui avait fait grand bruit lors de sa diffusion le 27/03/2004 sur France 3 : en enquêtant sur la réalité de l’émergence des communautarismes religieux dans le milieu scolaire, le réalisateur s’était en effet attiré les foudres des élèves et du proviseur du lycée Turgot à Paris où il avait tourné, pour s’être focalisé sur les affrontements entre juifs et musulmans et avoir travesti la vie quotidienne de ce lycée. L’émission de décryptage médiatique Arrêt sur images diffusée sur France 5 avait notamment épinglé le manque d’objectivité dudit journaliste, en sa présence…

Ah, une dernière chose : on dit Bonjour chez vous, et non Au revoir chez vous, cher monsieur le journaliste. Tout le plaisir a été pour nous, si, si.

Illuminations

Lors des traditionnelles illuminations du 8/12 à Lyon, un rôdeur a fait son apparition dans le spectacle Les joueurs de lumière qui avait lieu place des Terreaux, sur la façade de l’Hôtel de Ville plusieurs fois chaque soir entre le 7 et le 10/12. Cette animation pyrotechnique à grande échelle mettait en effet en scène des humanoïdes lumineux suspendus à des filins qui dansaient sur un gros ballon blanc, surgissaient de bouches géantes et s’élançaient dans les airs munis d’ailes en feu : une vraie magie pour petits et grands, fruit de l’imagination du Groupe F qui avait notamment illuminé la Tour Eiffel pour le passage à l’an 2000. Pour en savoir plus (ou commander un spectacle dans votre jardin l’été prochain), rendez-vous sur http://www.groupef.com/swffr/groupef-fr.html

Qui veut gagner des ronds ?

Plus drôle et moins prétentieuse, Laurette Heitz de la société Starling Production (14, rue Maublanc,75015 Paris, www.starling.fr) nous a elle aussi contacté fin novembre afin de l’aider à valider la bonne réponse à la question suivante : dans la série TV Le Prisonnier, la grosse boule qui empêche les captifs de fuir est :
- Le Voyeur
- Le Suiveur
- Le Rôdeur
- Le Traqueur

Le voyeur aurait certainement plu aux amateurs du génial cinéaste Michael Powell, mais tel n’était pas le propos : Christian Delattre lui a donc confirmé qu’il n’y avait aucune ambiguïté possible dans la réponse, et a été remercié avec bonne humeur et courtoisie. En revanche, à sa question légitime pouvez-vous nous dire quelle est l’émission de télévision en question ?, il n’a pu obtenir qu’une réponse sibylline : je ne peux vous dire par mail de quelle émission il s’agit ; vous pouvez me téléphoner !! De là à conclure que de belles adeptes du mystère peuplent aussi le monde enchanté des boîtes de production…

Dans le même ordre d’idées, le jeu du Maillon faible du 10/09 dernier sur TF1 avait comme protagonistes l’équipe de Koh-Lanta. La première question portait sur le héros d’une série des années 60 poursuivi par une grosse boule blanche : ils n’ont pas su répondre, et notre informateur ne nous dit pas si Laurence Boccolini les a insultés…

Total look

Après The Killers en veste à liseré et The small faces entassés dans un fauteuil-globe (cf. le rÔdeur n°53), c’est au tour de Robbie Williams d’arborer une veste anglaise très typique dans le clip de son dernier tube, « Tripping », extrait de l’album Intensive Care. Il n’est d’ailleurs pas le seul à être déguisé dans cette suite de cauchemars où il fuit sans cesse, puisque dans l’épisode où il se retrouve coincé dans une voiture grisâtre au milieu d’une ville grisâtre, il est accompagné de 2 cruches blondes et d’un bébé vêtus de marinières. On peut visionner le clip sur plusieurs sites, dont celui-ci : http://www.videocodezone.com/videos/r/robbie_williams/tripping.html

Restons du côté des greluches et des fanfreluches avec le merveilleux site www.rose-petasse.com qui, comme son nom l’indique, s’adresse aux pétasses aimant le rose sous toutes ses formes ! Car entre une paire de bottes à poil mou et un t-shirt flashy se glissent à plusieurs reprises des fauteuils-globe blancs garnis de coussins roses et de donzelles affriolantes, comme il se doit ! A conseiller de toute urgence à une conductrice de Lotus Elise rencontrée un jour et qui se parait exclusivement de ces mêmes couleurs, voiture comprise !

Prises de têtes

Peu de McGoohan à se mettre sur l’écran ces temps-ci, si ce n’est à l’Institut Lumière de Lyon qui a proposé le film Scanners les 29 novembre et 3-4 décembre derniers dans le cadre d’une rétrospective consacrée à David Cronenberg.

Résumé du début de l’histoire pour ceux qui auraient oublié les cervelles qui giclent : au sein de la société Consec, une conférence est donnée par un «scanner», télépathe aux tendances psychopathes, pour démontrer ses pouvoirs mentaux. Il a besoin d’un volontaire pour lui servir de partenaire, mais celui-ci, doté de dons surnaturels, le tue brutalement. Les dirigeants de Consec, qui savent qu’un groupe de «scanners» cherchent à détruire la société, décident de localiser ce groupe et l’éliminer. Pour cela, il leur faut un «scanner» surdoué qu’ils pourront contrôler et utiliser.

«A l’époque où Scanners et Chromosome 3 sont sortis, se souvient Cronenberg, ils ont été définitivement rejetés en deuxième classe et il n’était pas question qu’un grand studio s’y souille les mains. Ils refusaient absolument de toucher aux films d’horreur à petit budget.»

Dans ce long métrage sorti en 1981, Patrick McGoohan incarne le glacial Docteur Paul Ruth, éminence grise de l’organisation gouvernementale Consec, qui recrute le scanner surdoué Cameron Vale (Stephen Lack) afin de contrer les affreux télépathes révoltés. Ce petit musée des horreurs est sorti en DVD chez Opening (distribution : GCTHV) et se trouve assez facilement. Plus d’infos sur le film sur http://films.cultes.free.fr/scanners.htm ou sur http://www.devildead.com/scanners/scanners.htm.

Bouquin

Dans le roman La reine du silence paru chez Gallimard en 2004 dans lequel Marie Nimier revient sur la mort de son père, Roger Nimier, on trouve cette citation surprenante : un ballon invisible nous séparait. Ce n’était pas le ballon du Prisonnier, ce rôdeur qui se plaque contre ton visage, ni celui qu’on te fait respirer avant l’opération des amygdales, mais une bulle protectrice ayant pour diamètre les deux bandes blanches réglementaires. Méchant ballon, comme dit mon neveu en voyant le rôdeur…

Alias

Le 5ème épisode de la 4ème saison d’Alias, actuellement diffusée sur M6, est intitulé «Le village» : Sydney et Vaughn se font passer pour un couple de Russes afin d’infiltrer un groupe de terroristes qui a dérobé une arme électromagnétique très dangereuse (pour plus de précisions, cf. http://www.aliasparfil2001.com/episodes/71/r%E9sum%E9%20episode%2071.htm). Ils se retrouvent donc en Russie enfermés dans un village américain modèle avec d’autres couples, et doivent faire leurs preuves pour intégrer le groupe, y compris en dézinguant les charmants voisins.

Hormis le thème du village, je n’ai pas repéré d’allusion franche au Prisonnier, et l’épisode en questions rappelle davantage «Colony Three» dans Destination Danger - les armes en plus- ou «Arcadia» dans la 6ème saison des X-Files –en nettement moins drôle. Ceci dit, si Michaël Vartan jouait le n°6 dans la future adaptation de la BBC, l’audience féminine serait assurée…

Retour en haut de page

Dernière mise à jour le 30 mai 2006.